Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Empruntez la route de la musique et du mouvement aux 4 coins du monde. Avec poésie et humour.

Voyagez Danse - Le Journal d'Agatha Jones

Empruntez la route de la musique et du mouvement aux 4 coins du monde. Avec poésie et humour.

La Zumba et moi

com

C’est fait un bout de temps que je n’ai pas donné de nouvelles. Désolée pour mes 4 abonnés.

La dernière fois, j’étais en Colombie à faire des « punta-talon », aujourd’hui en Espagne à chercher à m’initier au « planta-talcon ».

Si tu ne comprends pas, c’est normal, c’est du jargon technique pour parler de la salsa et du flamenco.

Peu importe puisque dans le fond, le flamenco et moi, on s’est à peine côtoyé.

La faute à la Zumba. Je donne mes cours aux heures où les profs de flamenco donnent leurs cours.

Je ne vais pas me plaindre. La Zumba me permet de gagner ma croute en dansant. Je transmets un peu de gaîté et un petit savoir-faire. C’est ça qui est bon dans l’enseignement. La rencontre avec autrui est constante. On partage quelque chose d’universel : la musique, les sourires ! Le concept Agatha Jones, c’est bien ça : vivre ses sens par l’intermédiaire de la musique !

(voir mon article sur les pouvoirs de la musique : http://voyagezdanse.over-blog.com/article-musique-et-pouvoir-87336561.html ).

Les cours de Zumba me permettent de sensibiliser les autres à la danse, et j’aime ça.

Néanmoins, je dois admettre qu’elle n’est pas faite pour aiguiser notre fibre artistique. A la Zumba, on s’éclate mais on s’exprime peu. Pourtant, comme le disait Mata Hari, « la danse est comme un poème, et chaque mouvement en est un mot ». La Zumba, ce n’est pas de la poésie, c’est du Fitness. On y travaille son cœur en tant que muscle, et non en tant que siège des émotions.

Aujourd’hui nous faisons tous de la Zumba. Sur tous les continents, nous allons exécuter les mêmes mouvements sur la même musique au même moment. Et oui, le concept Agatha Jones c’est aussi de se rappeler tout ce qu’on perd dans cette mondialisation excessive. Bien sûr, on perd nos ressources naturelles vitesse grand V…En raccourci, La Zumba c’est la preuve que la mondialisation signe aussi le déclin de nos diversités immatérielles. La publicité nous montre la Zumba comme la révolution qui nous permettra de nous enivrer sainement. Quoi de plus séduisant ?

En 2013, tout le monde boit du coca-cola et va à la Zumba. Sans vouloir cracher dans la soupe, nos cultures sont en danger.