Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Voyagez Danse - Le Journal d'Agatha Jones

Empruntez la route de la musique et du mouvement aux 4 coins du monde. Avec poésie et humour.

L'Art Gèlédé en bref

Les données présentées ci-dessous ont pour sources le site internet de l’UNESCO, la Maison de Gèlédé, musée localisé à Savé consacré à cette tradition et les populations locales, dans la moitié Sud du Bénin.

 benin-4290--Small-.JPG

Le Gèlédé est au carrefour d’une expression musicale, de la sculpture sur bois, et des divinités animistes. Classé depuis 2001 au patrimoine mondial de l’UNESCO, mes recherches m’amènent à penser qu’il est menacé d’extinction. Il subit une érosion progressive due à la paupérisation des communautés, à l’urbanisation et au relâchement des chaînes de transmission des savoirs oraux.

Le patrimoine oral Gèlédé est une expression culturelle immatérielle porteuse de valeurs éducatives, artistiques, historiques, techniques, éthiques et philosophiques.

Originellement, il a pour but de lutter contre toute manœuvre pouvant mettre en danger l’équilibre social des institutions traditionnelles. Il permet de mobiliser la conscience collective. Il s’exprime par les chants, la musique et la danse au cours de cérémonies spécifiques.

La tradition orale Gèlédé est pratiquée dans une grande partie de l’aire Yoruba-Nago qui couvre le Nigéria, le Bénin et le Togo. Cette aire géoculturelle comprend plus de trente millions d’habitants répartis sur les sites des anciens royaumes (Egba, Kétu, Sabé, Ife, Oyo, Owo, Ereti….) dont la langue parlée est le Yoruba. Les détenteurs de ce patrimoine reconnaissent Ré-rfé comme le berceau de leur origine spirituelle et culturelle.

Le Gèlédé représente l’une des plus importantes expressions culturelles Yoruba. Il est dansé à Kétou, Sabé, Ohori, Anago, Egbado et Awon. Son pouvoir fédérateur en a fait un vecteur de dialogue des cultures, ce qui explique son adoption par les populations Goun, Mahi, Fon, qui vivent à proximité des anciens royaumes Yoruba.

Le Gèlédé est avant tout une émanation du pouvoir des mères (Lyami). Il cherche à capter leur bienfaisance, en leur rendant hommage au travers d’Iya Nla, la mère primordiale. Les mères, qui ont le pouvoir de donner la vie, sont les intermédiaires les plus favorables pour accéder aux divinités. Ce sont elles qui rendent sacrés les objets présents dans les rites cérémoniaux, lesquels, compte tenu du poids des costumes et des mouvements rituels, sont exclusivement exécutés par les hommes.

 
Sculpture et peinture de masques en bois

Le patrimoine oral Gèlédé est porteur d’un art incontournable : la sculpture de masques, dont les particularités résistent à l’épreuve du temps et nourrissent la création artistique contemporaine. Eloi Lokossou, créateur des masques-colonnes, marie adroitement les savoir-faire de la fabrication des masques Gèlédé et des colonnes proverbiales Yoruba.

La sculpture de masques est d’ailleurs classée parmi les arts majeurs de la culture Yoruba-Nago. Elle repose sur un processus très codifié. Chaque masque est composé d’un visage conventionnel et bien défini tandis que l’ornement du masque laisse libre court à la créativité de l’artiste. L’ensemble est la matérialisation d’un poème ou d’un message.

Une fois le masque sculpté et sacralisé, il va prendre vie au travers d’une danse, accompagnée par un orchestre composé de quatre tam-tams de tailles différentes.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article