Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Voyagez Danse - Le Journal d'Agatha Jones

Empruntez la route de la musique et du mouvement aux 4 coins du monde. Avec poésie et humour.

Musique, mondialisation et altermondialisme

 

En général, j’ai plutôt tendance à me focaliser sur les points négatifs de la mondialisation. Je vais faire une exception pour mettre en lumière un aspect positif du phénomène.

Aujourd’hui, les individus sont constamment sollicités par de nouvelles tendances et de nouveaux modes de consommation. Les nouvelles technologies leur offrent une multitude de réalités. Ils ont dorénavant le pouvoir de choisir de consommer ce qui leur correspond.

Il en va de même pour les pratiques culturelles, en particulier celles qui touchent à la musique. Il y a le mouvement rasta en France et aussi les courants musicaux comme la Salsa, le Merengue et le Zouk qui rayonnement bien au-delà des les frontières caribéennes ou le Hip Hop, courant originaire des Etats-Unis approprié par le reste du monde dont la France, qui compte désormais plusieurs professionnels du genre… Cette mondialisation de la musique a ouvert de nouveaux marchés en France, comme ailleurs. Les écoles d’art, les discothèques, les services culturels municipaux proposent de nombreuses expositions, des cours de danse, de musique et de chants, souvent en relation avec une culture lointaine.

Paradoxalement, la mondialisation agissant comme un miroir de l’individualisation, plus la musique est planétaire, plus elle devient communautaire, et ce dans un processus dynamique en perpétuelle construction.

S’ajoute à l’aspect culturel une dimension sociopolitique incontestable. On ne peut nier que la musique, en tant que forme d’expression susceptible de rassembler des individus, est un support privilégié pour de nombreuses formes d’engagements collectifs qui s'inscrivent souvent sur un mode de résistance à la domination culturelle ou politique.

Jadis, les esclaves noirs avaient donné à leurs chants la voix de leur condition et, par de subtiles métaphores, un moyen de conscientisation politique.

Les chanteurs et musiciens peuvent être les partisans et les militants d’un autre monde, qui s’exprime par la liberté d’expression. Les engagements de la Pop music contre la guerre du Viêt-Nam, les prises de position de Cheb KHALED en faveur du raï algérien après l'assassinat de Cheb HASNI ou de Johnny CLEGG et Tracy CHAPMANN contre l'apartheid témoignent de la persistance de ce mode populaire d'action politique et de sa puissance emblématique.

Alain Darré, Maître de conférences en sciences politiques à l’université de Rennes, a étudié les repères identitaires de la musique.

Il explique :

« Action et situation se conjuguent dans une alchimie à fort potentiel évocateur, le symbole pouvant contribuer à modifier les représentations, voire à structurer de nouvelles pratiques sociales. C'est aussi le cas des musiques explicitement identitaires, constitutives de groupes sociaux, raciaux ou culturels qu'elles tendent à instituer : blues, reggae, rap, musique cajun, polyphonies corses, morna cap verdienne, en constituent de bons exemples. »

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article